La vie rennaise de Manon Deniau

Par défaut

Après les partiels, rien ne vaut un bon bol de culture, alors avec cet interview, découvrez une jeune bloggeuse rennaise qui se lance dans le journalisme culturel .

Bonjour Manon, pour une fois, c’est moi qui vais jouer au journaliste. Tout d’abord, peux-tu te présenter ?

Alors… Je m’appelle Manon, j’ai 18 ans et suis étudiante en Lettres modernes à Rennes 2. Je suis la créatrice du blog lavierennaise, blog qui consiste à traiter de l’actualité culturelle, artistique et locale rennaise.

Le métier de journaliste, c’est une vocation pour toi ?

Depuis la quatrième, il y a cinq ans, je veux être journaliste. Et je n’étais pas plus curieuse que les autres, j’essayais juste de comprendre mon environnement. Lors d’une visite d’orientation (déjà à l’époque, ils nous bassinaient avec « ce qu’on veut devenir plus tard »), je ne savais pas ce que je voulais « être ». J’aimais lire et écrire, comme toutes les petites filles qui ont un environnement plutôt littéraire. Et je me suis entêtée. Journaliste, c’était fait pour moi. J’ai, bien entendu, fantasmé la profession. Je lisais beaucoup de livres sur le côté paillettes, des rédactrices en chef new-yorkaises qui gagnaient très bien leurs vies. Je peux dire désormais que oui, c’est une vocation, depuis que j’ai commencé mon blog en juillet dernier. Quand je n’écris pas, je m’en veux. J’en ai besoin. Besoin d’informer, de me tenir au courant, de chercher de nouveaux sujets. J’écris deux à quatre articles par semaine et je me dis que ce n’est pas assez. Je ne me vois vraiment plus faire autre chose. C’est vraiment quand on commence à « travailler » (entre guillemets car je n’ai pas du tout les conditions réelles de travail), qu’on se rend compte si on aime ou pas. Je veux être journaliste et je le serai avec une grosse dose de chance et de motivation. Mais qui sait si je ne serai pas autre chose dans quelques années? Zola, Sartre, Colette ont tous été journalistes mais ne le sont jamais restés. Alors, oui, ma profession principale, j’aimerais être journaliste. Quitte à faire autre chose à côté. Pour ce genre de métier, il faut énormément d’ambition et d’individualisme. On ne laisse pas le choix, la concurrence est rude.

Depuis le 8 juillet 2011, tu as donc lancé un blog sur la vie culturelle rennaise. A l’heure de faire déjà un premier bilan, peux-tu mettre en avant quelques points forts et quelques points faibles de la politique culturelle de la ville de Rennes ?

Alors là… C’est pas une question facile! Je pense qu’on a de la chance quand on est étudiants à Rennes. Ce n’est pas pour rien qu’elle fait partie des villes des plus appréciées des étudiants. La culture est pour tous. Il y a énormément d’activités. La politique culturelle… veut démocratiser la culture et c’est aussi ce que j’essaye de faire via mon blog. La culture est là, à Rennes. Les Champs Libres, les universités, les Beaux Arts, beaucoup d’activités musicales et artistiques… Les jeunes n’y font juste pas attention. Ma démarche a été aussi de donner envie aux personnes de mon âge de participer à telle ou telle chose. Par exemple, les conférences sont vues « pour les vieux ». La moyenne d’âge est de 50 ans généralement alors qu’il y a de très bonnes conférences qui peuvent faire le lien avec ce qu’ont vu les étudiants en cours. Un meilleur moyen de mémoriser en plus! L’Opéra a aussi mis en place « Révisez vos classiques! », un grand classique de l’Opéra pendant une heure à un prix dérisoire. Les prix ne sont pas non plus très chers à Rennes si l’on souhaite voir une exposition, etc. Donc, pour résumer, le point fort de la politique culturelle, c’est qu’il y a un très large choix, varié et très intéressant. Le point faible, c’est que cela s’adresse à encore un public trop restreint. On retrouve souvent les même qui s’investissent dans la ville de Rennes.

Quel est l’évènement culturel qui t’as le plus marqué l’année dernière et quel est celui que tu attends avec le plus d’impatience en 2012 ?

Encore une question pas facile… Car dans l’absolu je traite des sujets presque jour pour jour. Et tous les sujets que je traite m’intéressent. Pour cela que je ne peux pas vraiment hiérarchiser. Le plus « marquant » serait l’exposition de l’artiste Tr.Kaos, ancienne psychologue à l’Hôpital Guillaume Régnier, « Machines à fabriquer des fous? » qui était à l’Orangerie du Thabor. Cette exposition de peintures dénonce de la mauvaise prise en charge des patients. La déshumanisation. Cela m’a pas mal marqué, une personne très intéressante. J’ai lu le livre Opium de Cocteau qui est en rapport. La limite du génie et de la folie, pour résumer.

Merci beaucoup Manon pour ta disponibilité et bon courage pour la suite de ton blog, que l’on peut retrouver ici :

http://lavierennaise.blogspot.com/

Publicités

Une réponse "

  1. Bonjour à Manon et au rédacteur de l’article,

    Manon ton blog est très sympa et très animé, ça donne envie de bouger… !

    En passant je vous signale un service pour trouver des idées de sorties sympa, autour de soi et parfois de façon très « dernière minute » : Balumpa.com (un site oued et des apps).

    Faites un tour et dites nous « quoi » (comme on dit chez nous)

    à bientôt

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s